Pagan Federation International Pagan Federation International Forum Index Wiccan Rede Magazine

Etudes runiques 16 février, tradition asatru, Région Paris

New topic   Reply to topic Pagan Federation International Forum Index => French language forum
 
Previous :: Next  
Author Message
Nuisance Value Post number 18308 Posted: 3rd February 2013     Subject: Etudes runiques 16 février, tradition asatru, Région Paris
Le samedi 16 février aura lieu la deuxième rencontre du clan IdF sur les runes. Rendez-vous 19h en gare RER de Saint Rémy lès Chevreuse (attention: PAS Saint Chéron). Si vous travaillez le samedi et que vous ayez des problèmes à arriver à cette heure, on peut repousser l’heure du r-v pour éviter des retards. Me contacter par mp pour en discuter.

Si vous souhaitez venir et que vous n'ayez pas participé à la première leçon, merci d'en lire le résumé ci-dessous avant de venir:

Première leçon

Le nom Futhark est bien connu pour avoir été créé à partir de ses six premières lettres. Mais il est aussi un chaudron dans lequel se concocte la magie de la vie, si on comprend qu’il est construit de deux mots en Ancien Germain fuð-örk (note 1). Il est semblable à une femme enceinte et chaque lecture des runes, chaque galdr runique est le résultat d’une fécondation, d’une gestation et d’un accouchement.
Ceci vous permet de comprendre que considérer une rune isolée, c’est perdre une précieuse information qui décrit ses liens avec toutes les autres. Lire les runes, c’est accoucher le Futhark pour examiner, dans sa nudité d’origine, la personne pour qui vous les lisez.
Pour vous donner une idée de l’âge probable et très approximatif du Futhark, la première inscription connue en runes date de l’an 75 de l’ère vulgaire.

Comme vous le savez sans doute, le Futhark est divisé en trois familles que je vais appeler comme en Vieux Norrois, des ættir et, pour une seule famille, nous dirons une ætt car c’est un mot du genre féminin en Vieux Norrois.

Amputer le Futhark germanique de certaines de ses runes c’est le transformer chirurgicalement pour créer un nouvel être qui a sa propre beauté, sans doute, son propre langage mais qui est fondamentalement différent du Futhark de départ. C’est ce qu’a fait la civilisation Viking en lui ôtant 8 de ses runes. Par exemple, ôter Wunjo de sa place de signal qui indique la frontière de la première ætt, c’est donner modifier complètement le sens de cette première ætt, encadrée par Fehu et Wunjo, comme nous allons le voir plus en détail ensuite.
Greffer sur le Futhark germanique, c’est … comme l’amputer (avec les mêmes mots que ceux de la phrase en italiques ci-dessus). C’est ce qu’a fait la civilisation anglo-saxonne en lui ajoutant une dizaine de runes (on ne sait pas exactement combien). Par exemple, il est en effet assez indifférent que Dagaz ou Othala soient la 23ème ou la 24ème rune des environ 33 du Futhork anglo-saxon. Par contre, il est capital de savoir si Othala est ou n’est pas la dernière rune de la troisième ætt du Futhark germanique car elle et Tiwaz encadrent cette dernière ætt pour en indiquer le sens profond.

En somme, les runes composent le Futhark, mais le Futhark donne leur plein sens aux runes et les ættir donnent une structure au Futhark, laquelle oriente le sens de chaque rune. Apprendre les runes, c’est bien évidemment apprendre le sens de chacune d’elles comme le font tous les livres qui traitent des runes. Mais c’est aussi apprendre le Futhark et chacun de ses ættir, toutes les relations subtiles entre chaque rune avec les autres, dans et hors de son ætt, entre chaque ætt avec les deux autres, entre toutes et le Futhark entier.

Les trois ættir

La façon qu’avaient nos ancêtres d’organiser leur univers permet de mieux comprendre l’organisation du Futhark qui reflète cet univers.
D’abord, il y a la fameuse trilogie indo-européenne qu’on résume dans les trois fonctions divines: le roi, le guerrier et le producteur. Ensuite, il y a des jugements binaires qui opposent le chaos et l’ordre, associés aux Géants et aux Dieux dans notre mythologie. Enfin, la société est organisée en clans formés par l’union de plusieurs individus, si bien qu’on oppose ce qui est à l’intérieur du clan ou de l’individu à ce qui est extérieur au clan ou à l’individu.
Enfin, il est important de remarquer que les dualités bien / mal et positif / négatif n’ont aucun sens en regard de l’organisation du Futhark car chaque rune possède ces dualités de façon évidente.

Première ætt

Elle commence avec Fehu, rune de la richesse, et se termine avec Wunjo, rune du plaisir. Ainsi, notre Futhark ne place pas la fonction royale en premier et nous allons voir qu’elle est même placée en dernier. Cela signifie que les producteurs et non pas les dirigeants sont les plus importants dans la vision runique du monde. Elle représente la richesse (comme Fehu), le plaisir (comme Wunjo), la créativité (comme Ansuz) et toute forme d’activité au sein du clan. Elle représente donc la vie, au sens de ‘vie quotidienne des individus du clan’, une vie qui se manifeste dans leur activité à l’intérieur et à l’extérieur des individus et de leur clan.

C‘est pourquoi j’appelle la première ætt Ætt de la Vie.

Dans cette ætt, et par exemple, Thurisaz, rune de la force brutale et du chaos est placée à côté d’Ansuz, rune de l’ordre divin. Bien entendu, et toujours par exemple, ceci indique que le rôle primordial de Thurisaz, dans cette ætt, est de représenter nos relations au Chaos et à la force brutale dans nos activités quotidiennes. Le Chaos existe en chacun de nous et il est primordial pour chacun de bien être conscient de la place qu’il ou elle accorde à son chaos interne. Chacune de nos activités doit prendre place dans un certain chaos ou bien créer un certain chaos. Il faut que nous soyons conscients de la relation entre nos activités et leur apport de chaos ou de leur contribution à l’ordre. De la même façon, bous sommes souvent en interaction avec la force brutale et la nier est un aveuglement.
En anticipant un peu sur les deux autres ættir, on peut remarquer que les Thurses (qui ont donné leur nom à Thurisaz) représentent une des forces de la nature et appartiennent par cela à la deuxième ætt, mais cette propriété n’est pas soulignée dans la première ætt. De même, le chaos des Thurses se manifeste en soudant le clan contre un ennemi commun et Thórr est le représentant de cette contre-force. Nous verrons plus tard comment l’attention extrême qui a été donnée à cette manifestation des Thurses dans les récits de notre mythologie se comprend en étudiant la troisième ætt.
En pensant à Ansuz, on tend souvent à évoquer Ódhinn et son rôle guerrier alors que c’est plutôt son rôle de créateur de l’ordre divin, de l’humanité, de poète etc. qu’évoque Ansuz dans la première ætt.
Nous avancerons doucement dans tous les couples composant les ættir dont l’étude vous permettra de mieux comprendre l’organisation et le sens du Futhark.

Deuxième ætt

Elle commence avec Hagala, rune de la grêle, et se termine par Sowelo, rune de la déesse Soleil. Ces deux runes représentent des forces de la nature symétriques de façon surprenante. La grêle est présentée comme ‘évidemment’ destructrice. Cependant, en été, quand la sécheresse commence à détruire les cultures, c’est un orage de grêle qui annonce le retour des pluies et de la fertilité des terres. La déesse soleil est présentée comme ‘évidemment’ porteuse de fertilité comme c’est le cas au printemps, mais elle peut aussi dessécher les récoltes et même transformer des zones fertiles en désert. Nous verrons en étudiant en détail cette ætt que chacune de ses runes est évidemment reliée à une forme primordiale de Force. Par exemple la deuxième rune, Naudiz, est celle de la nécessité qui impose par la force «les souffrances de la serve» (note 2) et qui maintient les humains dans la soumission à leur destinée. C’est un bon exemple d’une rune qui exige pas mal de réflexion pour qu’on arrive à lui trouver quand même quelques aspects dits ‘positifs’.
C‘est pourquoi j’appelle la deuxième ætt: Ætt de la Force.

Troisième ætt

Elle commence par Tiwaz, rune du dieu Týr qui a assuré la survie de son clan en sacrifiant sa main droite. Elle se termine avec Othala, rune de l’héritage ancestral qui est un ciment pour l’unité du clan. C’est un ‘bon’ ciment s’il est source de convivialité dans le clan, un ‘mauvais’ ciment s’il est source de vendettas contre les autres clans et donc il est ni bon ni mauvais, seulement ‘ciment’!
Vous vous êtes, peut-être, demandé pourquoi une puissance malicieuse a placé Berkanan juste à côté de Tiwaz. Pensez en termes d’opposition des vieux qui vont quitter le clan, symbolisés par le dieu ancien, et les jeunes qui arrivent dans le clan, symbolisés par «une forêt de jeunes pousses réunies» (note 3), et il devient facile de comprendre pourquoi Berkanan devait être placée à côté de Tiwaz.

C‘est pourquoi j’appelle la troisième ætt: Ætt du Clan.

Notes

(note 1). Cherchez vous-mêmes le sens de fuð dans un dictionnaire du norrois. Le mot örk, qui est souvent utilisé comme préfixe sous la forme ark- ou arka-, signifie ‘une arche, un panier’.

(note 2). Les parties du texte mises entre guillemets (« ») sont des citations de ma traduction mot à mot des poèmes runiques. Dans cet exemple, le poème runique islandais dit: « (naud) est les affres de la servante ».

(note 3) Le poème runique norvégien dit:
(bjarkan) er lavfgrǿnstr lima [ou líma], qui a plusieurs sens possibles: Bjarkan est le plus vert de feuilles des (feuillages ou branches ou fagot de branchettes ou même ciments [si líma]). Dans le texte, je n’ai pas eu besoin de me servir du sens de ‘ciment’.
Show:   
New topic    Reply to topic Pagan Federation International Forum Index => French language forum
Show YouTube films

All times are GMT + 1 hour
Overviews
  New posts :: Recent posts :: 24 hour digest :: Search

You cannot post new topics in this forum
You cannot reply to topics in this forum
You cannot edit your posts in this forum
You cannot delete your posts in this forum
You cannot vote in polls in this forum

 

Admin

phpBB 2.0.23 © 2001-2008 phpBB group